Code déontologique

I
Les associés n’accepteront jamais des contrats pour lesquels ils ne sont pas dûment qualifiés.

Chaque acceptation de travail impliquera leur engagement moral afin que le service soit effectué de façon professionnelle.

II
Les associés n’accepteront jamais – et encore moins n'offriront – des conditions de travail qui ne respectent pas les normes établies para l’APIC.

III
Les associés n’accepteront jamais des contrats ou des situations de travail qui remettent en cause la dignité de la profession.

IV
Les associés s’engagent à respecter la confidentialité de toute l’information obtenue pendant l’exercice de leur profession et n’en tireront aucun profit personnel.

V
Les associés doivent être solidaires avec leurs collègues.
Ainsi, ils ne commettront des actes ni ne feront des déclarations qui puissent nuire aux intérêts de l’APIC ou de ses membres.

Tout désaccord avec les décisions de l’association ou toute plainte déposée au sujet du comportement d’autres associés devront être exprimés et résolus au sein de l’APIC.


Recommandations éthiques

1. Plusieurs engagements le même jour

L’interprète ne doit pas accepter plusieurs travaux qui ont lieu le même jour et dont la durée totale dépasse les huit heures de travail.

2. Superpositions de travaux

a) Par principe, l’interprète doit accepter uniquement les travaux qu’il peut exécuter intégralement.

b) Un interprète devra traduire partiellement un événement uniquement dans le cas où il est absolument impossible de trouver un collègue disponible pour la totalité du travail.

3. Refuser des travaux déjà acceptés

a) L’interprète refusera un travail déjà accepté uniquement en cas de force majeure.

b) Un cas dit de « force majeure » est un évènement exceptionnel tel qu’une maladie, des problèmes personnels graves ou des imprévus apparentés.

c) Ainsi,  et par principe, l’interprète ne peut pas refuser un travail déjà accepté parce qu’il a reçu entre-temps une proposition alternative plus intéressante (sur les plans financier, matériel, géographique ou autres).

d) Si l’interprète ne peut absolument pas respecter les engagements qu’il a déjà assumés,  il doit assurer son remplacement approprié par un collègue.

4. Superposition partielle des travaux

Compte tenu à la fois des recommandations 2 et 3, il est évident que l’interprète ne peut jamais abandonner un travail pour commencer une autre mission qui dure plus longtemps et, de cette façon, assurer deux (ou plus !) services qui se superposent partiellement.

5. Téléphone portable

Les téléphones portables des interprètes doivent toujours être éteints lorsqu’ils se trouvent en cabine, même quand ils ne sont pas en train de travailler.